Les Juifs ont-ils peur dans la Hongrie de Viktor Orbán ?

Une Constitution qualifiée de liberticide, un dirigeant d’ultranationaliste et autoritaire, un pays décrit comme celui où des milices d’extrême-droite ont droit de cité… De ce vaste amalgame, il est souvent ressorti l’image d’une Hongrie antisémite. Les critiques ont culminé avec le discours de l’eurodéputé vert Daniel Cohn-Bendit au mois de janvier devant le parlement européen :

Des [personnes de] ma famille et des gens que je connais, Juifs en Hongrie, ont peur aujourd’hui. Les minorités ont le droit de ne pas avoir peur dans votre pays, Monsieur Orbán !“, avait-t-il pris à parti le premier ministre hongrois, suscitant l’indignation en Hongrie.

Comme pour donner raison à Daniel Cohn-Bendit, l’écrivain juif hongrois Akos Kertész a déposé une demande d’asile politique au Canada, au début du mois de mars. Sa vie y était devenue selon lui impossible depuis la publication au mois d’août d’un  article dans le journal hongrois publié aux États-Unis « Népszava », dans lequel il reprochait au peuple hongrois son amnésie vis-à-vis de l’Holocauste en des termes perçus comme orduriers en Hongrie.[i] « A la suite de la campagne politique de la presse proche du gouvernement, M. Kertész a subi des menaces et des harcèlements, il a senti sa vie en danger », a indiqué son service de presse. Les 100.000 Juifs de Hongrie se sentent-ils vraiment menacés ?

Le gouvernement n’est pas antisémite

Dans l’un des nombreux bars du 7ème arrondissement de Budapest, dans le centre-ville, Zoltan fulmine. C’est le quartier juif, nommé Erzsébetváros en l’honneur de l’Impératrice Sissi, qui abrite la « Nagy Zsinagóga », la plus grande synagogue d’Europe, ainsi que les sièges des principales organisations de la communauté juive. C’est aussi le quartier branché vers lequel convergent les touristes, les jeunes « bobos » et la jeunesse fauchée, car on y trouve la plus grande concentration de « romkocsma » (des immeubles délabrés et des squats artistiques transformés en bars) qui participent à la réputation internationale de la ville.

J’ai été écœuré par le discours de Cohn-Bendit, commente ce sociologue proche du parti parlementaire LMP, affilié au parti vert européen. “Il a dit des choses tout à fait irrationnelles alors que nous avons besoin au contraire ici de rationalité. Il a fait le jeu de Viktor Orbán“, déplore le jeune homme, qui se décrit lui-même comme un quart juif, ce qui en Europe centrale s’entend comme le fait d’avoir un grand-parent juif. Sa réaction est partagée par beaucoup d’opposants en Hongrie, partagés entre la satisfaction de recevoir du soutien dans leur lutte contre le pouvoir de Viktor Orbán, l’irritation devant la maladresse et parfois même la grossièreté de certaines critiques formulées contre leur gouvernement, et la méfiance vis-à-vis de ce qui peut-être vite perçu par la population hongroise comme de l’ingérence étrangère, pouvant mener au statut très peu enviable de « hazaáruló » (traître à la nation). Celui-là même que s’est vu attribuer l’écrivain Akos Kertész.

Texte intégral

, , , , ,

2 réponses à Les Juifs ont-ils peur dans la Hongrie de Viktor Orbán ?

  1. NonMaisOh! 4 avril 2012 at 22 10 33 04334 #

    Les Juifs n’ont pas à craindre la Hongrie de Monsieur Orban. Les racailles elles peuvent la craindre, je pense.
     

  2. L'électron libre 5 avril 2012 at 9 09 22 04224 #

    Orban pourchasse tout ce qui pas magyar de souche : les roms, les juifs, les évangélistes de tendance chrétien sioniste.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
     
     

Laisser un commentaire

 

Propulsé par WordPress. Ce thème WordPress provient de Woo Themes

Plus dans International
Le titre du quotidien populaire: "Bilde dépose une plainte pénale contre la ministre suisse de la Justice"
Suisse/Allemagne: Un journal porte plainte contre Sommaruga

Le quotidien populaire allemand «Bild» annonce avoir porté plainte contre la conseillère fédérale, Simonetta Sommaruga, en réponse aux mandats d'arrêt...

Fermer