Monthey: Flics frappés et poursuivis par des « jeunes » [MàJ]

Nous parlions déjà de cette affaire ici.

Une violente échauffourée a opposé jeunes et agents, vendredi dernier. La plupart des cogneurs ont été relâchés. La police est furax.

La violente altercation a démarré dans cette rue du centre-ville.

«Quelle est la crédibilité de l’Etat lorsqu’on retrouve dans la rue des personnes qui ont agressé des policiers?» Porte-parole de la police valaisanne, Jean-Marie Bornet ne mâche pas ses mots. Vendredi soir, une quinzaine de jeunes s’en sont pris à la police montheysanne.

Jusqu’au commissariat

La rixe a démarré vers 1 h 30. Les agents venus demander à la bande de se calmer ont été pris à partie. Des bouteilles, des cailloux et même des chaises ont fini par voler sur les agents, qui ont dû faire appel à des renforts. Les bagarres se sont enchaînées dans différents lieux du centre-ville, jusqu’au commissariat, lui aussi caillassé. Deux vitres du poste ont été brisées. Une chaise a même atteint un agent qui a été blessé aux jambes puis à la tête. Il a rapidement été conduit à l’hôpital pour y recevoir quelques soins.

La police municipale a reçu le renfort de ses collègues de la police cantonale pour ramener le calme face à ce groupe de multirécidivistes.

Voyous relâchés

Les quinze voyous ont pu être identifiés. Et si cinq d’entre eux sont en détention provisoire, les autres ont été relâchés.

La plupart de ces jeunes sont des multirécidivistes. Mercredi, «Le Nouvelliste» révélait que le chef et l’un des membres du même gang avaient vu leur détention provisoire prolongée.

Tous deux sont soupçonnés de nombreux délits. Ils auraient notamment violenté un homme au Bouveret (VS), prendraient part à un important trafic de drogue et auraient même tiré sur un Français à la gare de Monthey en juin 2011.

Libres pour carnaval

Le reste de la bande est libre comme l’air et «pourrit la vie des Montheysans

explique Jean-Marie Bornet, c’est le jeu du chat et de la souris». Le nouveau Code de procédure pénale n’arrange pas les choses. «Il est impossible d’écrouer des personnes de manière préventive», confiait mercredi un procureur du Bas-Valais. Certains jeunes violents participeront donc au carnaval de Monthey ce week-end.

Texte complet:

3 Responses to Monthey: Flics frappés et poursuivis par des « jeunes » [MàJ]

  1. karkulka 17 février 2012 at 9 09 21 02212 #

    Je ne comprends pas: la police est furax, mais qui a alors relâché les 10 multirécidivistes restants?

  2. freemind 17 février 2012 at 10 10 17 02172 #

    Il faut remercier la gauche, la presse et les juges étrangers.
    Pour la gauche il ne faut pas traumatiser ces pauvres jeunes, surtout s’ils sont étrangers, les flics ne peuvent pas ôter l’envie à ces crapules de récidiver, bon il y aurait quelques côtes de cassées, quelques tibias brisés, le nez un peu tordu. Cela c’est pour ce qui passe à l’intérieur. Pour les voyous qui cassent le poste de l’extérieur et envoient des projectiles à l’intérieur, les flics ne peuvent même plus dégainer et leur mettre un pruneau de 11.43 entre les deux yeux, leur carrière et leur vie seraient foutues. Ils sont malheureusement obligés de subir les conséquences des décisions des élus surtout de gauche, peut-être qu’aux prochaines élections les souchiens se réveilleront.
    Quant aux journalistes, si une crapule surtout étrangère blesse ou tue un flic c’est un accident, de la provocation de sa part et même du racisme, trois lignes dans un coin de page de quelques journaux. Par contre si un flic dégomme un de ces malfrats c’est une bavure il fait la une de tous les journaux, il est trainé dans la boue, il est fichu. Donc ils ne désirent pas prendre de risques. Après cela l’on s’étonne de ne plus trouver de candidats pour cette fonction !
    Pour ce qui est des juges étrangers, c’est la modification du Code pénal, modification de la détention, du bien-être dans nos prisons, qui est exigée par des organismes se réclamant de justice ou de droits de l’homme, de la foutaise pure. Si ces crapules étaient jugées dans leur pays d’origine, ils ne seraient plus logés à la même enseigne, ils ne pourraient se permettre de revendiquer, de traiter les autorités de la façon dont ils le font chez nous.
    Peuple Suisse lève-toi et chasse toutes ces bandes de crapules. Vote juste.

  3. Rodion Lubyantsev 17 février 2012 at 10 10 51 02512 #

    Est-ce que la police suisse est la seule qui fait semblant de ne pas être équipée de flashballs ?

    Quand un policier reçoit une chaise en pleine figure, le minimum est un retour de flashball après sommation. C’est la moindre. Ca tranquillise tout de suite…

Laisser un commentaire

 

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

Plus dans Actualité, Suisse
L’enregistrement d’une plainte est gratuit. C’est l’attestation de vol de papiers d’identité qu’il faut payer.
Vaud – Victime d’un pickpocket? Vous devrez encore payer 40 francs à la police

Les personnes dépouillées de leur portefeuille doivent payer pour obtenir une attestation de vol.

Fermer